18

Oct
Ensemble conjuguons nos forces, expériences, connaissance et énergie pour que vive le volontariat et la solidarité Internationale pour un développement durable 31/07/2018 - Camps chantiers de construction/animation sociales avec les enfants (Automne/hiver) 2018 au Togo Lire la suite ... 31/07/2018 - Camps chantiers de construction/animation sociales avec les enfants (Automne/hiver) 2018 au Togo Lire la suite ... 13/06/2018 - Chantier humanitaire & volontariat en Afrique 2018-2019 avec JVSI Lire la suite ... 09/06/2018 - Chantier humanitaire de volontariat/Actions solidaires en Afrique 2018-2019 Lire la suite ... 08/06/2018 - Missions/stages/camps chantiers humanitaires printemps/été/automne 2018 en Afrique avec JVSI Lire la suite ...

Stages & Missions de volontariat

la vie durant le stage ou mission de volontariat

Les conditions matérielles seront les suivantes pendant le projet :

  • Hébergement en dur dans les villages, dans les grandes villes (Une chambre électrifiée, ventillée, WC et douche)
  • Douche traditionnelle
  • Latrines traditionnelles
NB : La famille d’accueil se chargera de faire la cuisine au volontaire durant tout le séjour, mais celui ou celle-ci peut également participer à toute leur vie quotidienne, donc à la cuisine par exemple sil ou elle le souhaite.

Hébergement dans les communautés d’accueil

Chambres et toilettes

Les chambres et les nattes peuvent être partagées entre les bénévoles en fonction du nombre. Souvent, les bénévoles sont logés dans les maisons en bamco ou dans une famille d’accueil.

En ce qui concerne les toilettes, ce sont souvent les fosses sèches à trou. Pour la douche, c’est très typique d’où le bénévole a besoin d’emmener le seau d’eau à la douche clôturée pour cacher la nudité, mais souvent non couverte, donc à ciel ouvert.

Protection contre les moustiques

Il n’y a pas énormément de moustiques dans les villages notamment. Cependant, il faut quand même prévoir une moustiquaire à une ou deux places pour mettre autour de son couchage et des répulsifs anti moustique. C’est très important !

Eau

Accès

Puits.jpg

Comme dans la quasi totalité des foyers Africain, il n’y a pas l’eau courante. Cette eau n’est pas potable, elle sert pour la douche, les toilettes, la cuisine, la vaisselle et la lessive.

Dans les localités d’accueil souvent l’eau est trouvée dans les puits, ou dans les rivières desservant les villages. Chaque bénévole est habileté à s’y rendre pour ses besoins en eau (douche, lessive)

Eau potable

A défaut de ramener des pastilles pour purifier l’eau les bénévoles devront élaborés un budget personnel pour s’acheter de l’eau minérale en bouteille ou en sachet sur place dans les grandes villes ou dans la grande ville la plus proche du village.

Eau.jpg

L’eau potable se trouve soit dans des bouteilles d’eau minérale ou dans des sachets de 50 ml, on peut en acheter quasiment n’importe où en ville. Elle est traitée et peut se boire sans aucune inquiétude. Au Togo par exemple : l’eau minérale en bouteille coûte généralement 350 FCFA soit 1/2 Euros, un sachet de 30 petites poches d’eau coûte aussi le même prix. Dans le cas où vous l’acheter dans un super marché, le prix est nettement différent et peut grimper jusqu’à 1 euro et demi.

Lessive

Lessive.jpg

Elle se fait à la main. Tout un sport ! Cela prend du temps mais c’est tout aussi efficace qu’une machine.







Nourriture

Préparation

Il n’y a pas de gaz, de cuisinière ou d’aspirateur. La nourriture est cuite avec du charbon de bois sur un système de pot en terre cuite ou sur le fourneau à bois de chauffe ou encore avec foyer utilisant du charbon de bois.

Conservation des aliments

Il n’y a pas de réfrigérateur. Certains aliments proviennent (poulet, boeuf) se mange directement. Il y a également beaucoup de féculents (spaghetti, riz, semoule etc...) qui n’ont pas besoin de conditions spécifiques de conservation.

Composition des repas

Les repas sont locaux mais adaptés aux estomacs européens (moins pimentés et moins épicé). Généralement, ils se composent que d’un seul plat principal en quantité importante avec un dessert.

Plat principal : Des féculents (pâte à base de farine de maïs, de manioc ou de tubercules d’igname, riz, spaghetti, semoule…) accompagnés d’une sauce à base de concentré de tomates, d’oignons, de viande ou de poisson, sardine, thon, corne beef….

La tradition fait que les plats à base de pâte et de Fufu se mangent avec la main. On prend un bout de pâte qu’on trempe ensuite dans la sauce. Ce n’est pas un protocole, on peut si l’on désire manger avec des couverts.

Desserts : les desserts sont des fruits locaux : ananas, oranges, papayes, pamplemousses, mangues, noix de coco, bananes…

Petits déjeuners: Ils sont de type Français : confitures de fruits locales (Fraise, abricot) patte à tartinée, pains, café, beure, thé, ricorée. Il n’y a pas de lait frais, mais du lait concentré en conserve.

Electricité

Il n’y a pas d’électricité dans les villages ou localités où se déroulent les chantiers. L’éclairage est assuré à travers l’usage des lampes à pétrole. Donc, il est indispensable de se munir des lampes torches qui ont une grande importance dans la vie du chantier surtout pour les promenades nocturnes.

Communication et accès à Internet

Téléphone et poste : Pensez en France à débloquer votre portable pour pouvoir utiliser des cartes du pays de destination. Ce service est gratuit selon les opérateurs si vous avez votre appareil depuis 6 mois. Dans le cas contraire, vous pouvez réaliser cette opération chez des vendeurs particuliers ou sur Internet (coût approximatif : 10 €). Les opérateurs nationaux proposent des tarifs plus avantageux pour les appels vers l’étranger. Il n’y a pas de système d’abonnement, ce sont des cartes prépayées. Pour la poste, nous vous déconseillons d’utiliser leurs services (lenteur, vol…).

Si vraiment vous êtes obligés d’envoyer ou de recevoir du courrier ou un colis choisissez la société UPS.

Internet : L’association a un accès direct à Internet au bureau et les volontaires pourront gratuitement envoyer des mails à leurs proches au lendemain de leur arrivée.

Cybers café : il a plusieurs dans les grandes villes et dans les grandes villes du pays. Pour s’y rendre, il faut utiliser le transport le plus rependu surtout durant le camp chantier, puisse qu’il à lieu dans les villages, la mototaxi communément appelé Zémidjan. Le prix d’une course vari selon la distance à parcourir, il n’y à pas un chronomètre ni un kilométrage, il se négocie.

Les connexions sont très lentes, la patience est de rigueur. On peut aussi faire face aux problèmes de connexion et coupures d’électricité. Le prix des connexions varient selon le débit de 300 à 500 Francs CFA l’heure (0,45 € à 0,75 €). L’utilisation d’Internet d’ordre personnel sur le chantier (divertissement, communication avec la famille…) et les déplacements qu’elle engendre sont aux frais des bénévoles.

Déplacements

Les déplacements dans les grandes villes et dans les alentours se font souvent en taxi brousse ou en Taxi moto. Du fait que les locaux de l’association ne se situent pas directement en centre ville, ce moyen de déplacement est souvent utilisé.

Financement du projet

Le projet dans sa totalité est autofinancé. Il est à noter que le travail n’est pas rémunéré, c’est un travail bénévole. Aussi en fonction de la capacité du volontaire, il pourra apporter quelques aides matérielles ou (et) financières au projet et à l’association.

NB :

Les frais de participation ci-dessous ne couvrent pas : Le prix du billet d’avion, l’assurance rapatriement, maladie, les frais de placement au sein d'un organisme/association/structure partenaire si le stage proprement dit ne se déroule pas au sein de JVSI,les loisirs (visites, les excursions, les frais d’organisation de la journée européenne) et les consommations personnelles des bénévoles (achats de souvenirs, cigarettes, eau minérales en bouteille / poches d’eau etc...).

Hormis l’accueil et le transport du jour d’arrivée et celui des démarches consulaire et bancaire, l’accès à Internet pour envoyer des nouvelles à ses proches au lendemain de l’arrivée.

C’est à dire le bénévole assure entièrement la charge de ces déplacements personnels et restauration pour les quelques jours qu’il/elle passera dans les grandes villes avant ou après le stage.

En outre le bénévole stagiaire devra prévoir des droits de stage si la structure accueillante, si le stage ne se déroule pas au sein de " J.V.S.I" c’est généralement le cas des stages en architecture, infirmerie, artisanat, décoration, art plastique, environnement etc bref auprès des professionnels.

Le bénévole n’est pris en charge par " J.V.S.I" qu’à compter de la date du début effectif du stage jusqu’à la fin du stage (1mois selon la durée du stage).

Le voyage et l’assurance (maladie, rapatriement, sont à la charge du volontaire ainsi que les frais de déplacement au cour de la réalisation du projet.

* Un rapport de fin de projet doit être déposé en français ou en anglais, avant le départ du volontaire avec une restitution au bureau exécutif de " J.V.S.I".

NB :


La remise d’attestation de participation aux volontaires est déterminée par leur preuve d'engagement, d'adaption, leur apport effectif sur le chantier, leur participation active aux activités, tâches quotidienne, implication à 100% à la vie en collectivité entre volontaires, le respect du fonctionnement, du règlement intérieur régissant le stage/mission etc... celà veut dire que le fait de payer les frais d'inscription et de participation, ne donne pas systématiquement droit à une attestation de participation de l'association JVSI.