25

Aug
Ensemble conjuguons nos forces, expériences, connaissance et énergie pour que vive le volontariat et la solidarité Internationale pour un développement durable 31/07/2018 - Camps chantiers de construction/animation sociales avec les enfants (Automne/hiver) 2018 au Togo Lire la suite ... 31/07/2018 - Camps chantiers de construction/animation sociales avec les enfants (Automne/hiver) 2018 au Togo Lire la suite ... 13/06/2018 - Chantier humanitaire & volontariat en Afrique 2018-2019 avec JVSI Lire la suite ... 09/06/2018 - Chantier humanitaire de volontariat/Actions solidaires en Afrique 2018-2019 Lire la suite ... 07/06/2018 - Missions/stages/camps chantiers humanitaires printemps/été/automne 2018 en Afrique avec JVSI Lire la suite ...

Tourisme, Voyage, Divertissement, Culture

Le théâtre traditionnel

INTRODUCTION

Contrairement au roman, le théâtre est un genre littéraire enraciné dans l tradition des africains. En effet, l’Afrique est un genre très riche en productions littéraires, et celles-ci s’inspirent de la vie quotidienne des africains. En revanche, le concept de littérature africaine revêt un paradoxe, en ce sens que le mot littérature, qui vient du latin « littera » fait attrait à l’écriture, alors que l’Afrique repose essentiellement sur l’oralité. Toutefois, l’oralité permet à l’Afrique d’acquérir ses lettres de noblesse, du fait qu’elle assure l’expression dans toute sa vie et dans sa complète dimension de la parole sacrée. Ainsi, sa particularité dans la convocation des genres, dans le choix de ses acteurs et de son public fait de lui un spectacle total.

I/ ORIGINES DU THEATRE TRADITIONNEL AFRICAIN

Le théâtre tire son origine du théâtre grec. Le mot grec « théâtron » signifie « voir », en ce sens, le théâtre vous met en présence d’un spectacle à voir. Dans l’antiquité grec l’un des célèbres fut le théâtre qui s’inspire des cérémonies religieuses vouées à l’honneur de Dionysos le dieu du vin et de la joie. De même, le théâtre traditionnel africain tire ses origines des cérémonies religieuses, les rites et les fêtes de réjouissances qui trouvent leurs sources dans la vie quotidienne et dans les meurs des Africains.

II/ TRAITS DE CARACTERISATION DU THEATRE TRADITIONNEL AFRICAIN

Les critères

L’improvisation

Par étymologie, l’improvisation désigne le fait de faire quelque chose qui n’était pas prévu à la réalisation. En ce sens, dans le cadre théâtral, c’est au niveau des acteurs que se perçoit le jeu de l’improvisation. Le théâtre traditionnel africain, par sa forme non-écrite se laisse entrainer par l’improvisation à cause du fait qu’il n’ya pas de textes écrits et donc pas de programmes d’exécution. Mais dans le même temps, elle permet d’ouvrir le chant de réflexion de l’auditoire qui est toujours sujet à des controverses et à des surprises. L’improvisation permet aussi aux acteurs d’éviter les ruptures désagréables qui pourraient entacher la régularité du spectacle.

le lieu de représentation

Sur la place publique, le soir autour du feu, dans la forêt sacrée … Les lieux de représentations du théâtre traditionnel sont multiples et divers. Tout dépend de la nature de la cérémonie. Il n’existe pourtant « pas de décors fabriqués, mais le décor naturel de la ?nuit? ? ; pas d’accoutrement, de maquillages, mais des masques …»

La participation du public

Le public joue un grand rôle dans le théâtre traditionnel africain. Il existe une complicité entre lui et les acteurs. En effet, les interventions et les questions de l’auditoire dans un conte par exemple concourent à la compréhension de l’histoire. A cet effet, on peut citer le cas des cérémonies de dotes ou même des cérémonies funèbres. Bref le théâtre traditionnel africain bénéficie d’un public très actif.

le rythme

On ne peut parler de la littérature africaine ou plus précisément de théâtre traditionnel sans aborder l’aspect du rythme. C’est un critère quasi important dans la construction du théâtre traditionnel. Il est rendu par les chants, les instruments traditionnels de musique (tamtam, balafon, Kora). Le rythme a aussi un rôle de détendre l’atmosphère. Ainsi, après une séquence, toujours dans l’exemple du conte, l’agent rythmique peut entonner un chant pour permettre au public de souffler un temps soit peu et au conteur de relancer sa narration.

la synthèse

L’évocation de plusieurs genres littéraires fait du théâtre africain une œuvre complète. En effet, la danse, le chant, la chorégraphie permettent d’assurer le rythme théâtral. La synthèse est un élément primordial du moment où elle se présente comme le croisement de plusieurs arts au sein d’un même, faisant de ce dernier un art total. Dans cette logique, Patrice Parvis dans son dictionnaire du théâtre pose l’expression dramatique comme une entité complexe qui trouve son intérêt dans la fusion de plusieurs genres. Cela se voit dans les cérémonies de réjouissances où le chant se mêle à la danse pour donner l’ambiance. Au total, l’œuvre théâtrale s’affirme par son interdisciplinarité. La synthèse des éléments artistiques dont elle fait l’objet la rend cohérente et homogène. Ainsi, elle s’inspire du quotidien pour traduire la quintessence de la vie.

2- Le rôle du théâtre traditionnel

Le caractère satirique

Dans les sociétés africaines traditionnelles, le théâtre revêt un caractère satirique. Il met en exergue le comportement maladroit des hommes, le mauvais comportement de la société dans son ensemble et des rapports entre les hommes. Par exemple la cupidité, l’usufruit, le mensonge, la jalousie, la naïveté etc.… En somme, le théâtre critique la société en insistant beaucoup plus sur ces vices.

Le caractère didactique

Le théâtre joue un rôle didactique, en ce sens qu’il véhicule un message afin de faire prendre conscience à la société sur les actes qu’elle pose. Il interpelle la conscience des peuples afin qu’ils changent de vie. Il enseigne aussi sur certains points de la vie, sur les coutumes et traditions. En outre, à travers les cérémonies d’initiations, les jeunes apprennent à mieux se tenir en société, à faire face aux vicissitudes de la vie.

Le caractère Ludique

L’un des objectifs les plus visés pas le théâtre, est de distraire le peuple, de lui faire oublier ses soucis. C’est d’ailleurs la première raison de son immense public. En réalité, par ses histoires fictives, ses acteurs qui font souvent rire, le théâtre traditionnel africain donne l’occasion au peuple de se distraire et de rire un temps soit peu. On peut noter les fêtes de réjouissances (fêtes des ignames, fêtes générations …) et les contes.

III/ LES FORMES THEATRALES TRADITIONNELLES AFRICAINES

On peut regrouper les genres du théâtre traditionnel en deux grands groupes. Le théâtre populaire et le théâtre sacré.

Le théâtre populaire

Le théâtre traditionnel africain revêt un caractère populaire en ce sens que qu’il est ouvert à toutes les couches de la société. Il convie les hommes, les femmes et les enfants à se divertir et à être enseignés. En effet les contes, les cérémonies de réjouissances et les fêtes de réjouissances et les fêtes de générations sont des manifestations qui démontrent la popularité du théâtre traditionnel africain.

Les contes

Il est le lieu de retrouvailles pour tout le village. Le soir, après les travaux champêtres tout le monde se retrouve autour du feu pour écouter les sages conseils des vieux du village. Pour les enfants, c’est plus un moment de gaieté, de jeu, d’amusement, « une occasion peut-être de pouvoir se déguster le maïs fumant au feu pendant que grand-père raconte son histoire » ou même d’éclater de rire lorsqu’ils entendent le conteur mimer des rôles de certains animaux anthropomorphisés. Par contre, pour les plus âgés, c’est une occasion d’échanger avec les ainés, de prendre de sages conseils d’usages, « d’essayer de leurs arracher un peu de leur bagage culturel ».

Les cérémonies de réjouissances

Les cérémonies de réjouissance sont un ensemble de célébrations festives pendant lesquelles on assiste à une profusion de nourriture, de boisson accompagnée de musique. Ce sont des manifestations qui ont lieu de façon périodiques dans les sociétés traditionnelles africaines. Elles permettent ainsi à tout le monde de se retrouver afin de se réjouir dans une atmosphère conviviale. Ont peut à cet effet évoquer la célébration de la fête des ignames chez les « baoulés » (Côte-d’Ivoire) qui se déroule chaque années dans le mois d’avril. Pour remercier les dieux et leur demander la faveur d’une bonne moisson pour l’année suivante.

Les fêtes de générations

Les fêtes de générations sont des célébrations festives organisées en l’honneur d’une classe d’âge. Elles ont lieu à des périodes précisent qui varient d’un peuple à un autre. Ces festivités ont lieu après la consécration des jeunes initiés pour manifester la joie du peuple pour un gain en maturité.

Le théâtre sacré

Le théâtre sacré met en scène une catégorie de personne bien précise Son lieu de représentation est un cadre non ordinaire dont l’accès est interdit à tous, sauf à la génération des initiés et aux personnes âgées chargées de l’initiation. La cérémonie s’entoure de pratiques rituelles en relation avec les ancêtres et les génies. Les acteurs sont vêtus en des tenues appropriées (masques, tenues traditionnelles ou torse nu) et un ensemble d’objets sacrés tel que le tam-tam, les poulets, la boisson forte, le sang participent à la mise en œuvre des pièces.

Les cérémonies d’initiations

Cas du « Löw » ou ?? ?la cérémonie du lancement de la machette ?? ? en pays « Adioukrou » {Côte-d’Ivoire} Le Löw en pays Adioukrou s’étend sur une période de 1 mois environ. En effet, elle part de la fin du mois d’octobre au début du mois de novembre. La célébration se fait tout les deux ans et elle regroupe à LOPOU (village Adioukrou) tout les jeunes majeurs ayant atteints l’âge de constituer la nouvelle génération c’est-à-dire 21-22 ans. Au cours de la cérémonie, les jeunes sont vêtus de blanc et plusieurs chant danses et cris ont lieu. Les jeunes se disposent en fil indienne et un vieillard, récitant des propos incantatoires lance une machette… Ainsi, toutes ces choses ne sont réservées exclusivement qu’à la nouvelle génération. Après le lancement de la machette, c’est-à-dire au crépuscule le publique se retire, chacun regagne sa demeure, d’autres par contre regardent partir les jeunes « guerriers » qui se dirigent vers la forêt en marchant en file indienne sous la supervision de leurs maîtres. C’est seulement très tard dans la nuit qu’ils reviennent au village après d’autres rites, plus secrets dans la forêt : la cérémonie prend ainsi fin. Dorénavant, ils gagnent un nouveau statut dans la vie sociale. Ils sont considérés comme des majeurs, pouvant être capables de prendre des décisions importantes pour le village.

Les libations

Pour remercier les dieux, pour demander leur protection ou même pour implorer les génies et les ancêtres, on fait généralement des libations. En pays traditionnel africain, les libations sont des gestes qui consistent à verser une petite quantité de boisson à terre, de façon cadencée en proférant des paroles incantatoires. L’acte de la libation n’est pas permis à tout le monde. Seul les initiés, les féticheurs sont en mesure d’entrer en communion avec les dieux. Ainsi, retenons donc que selon les circonstances, les libations revêtent différentes significations.

Les sorties de masques

Contrairement au théâtre médiéval, l’aspect déguisement dans le théâtre traditionnel africain n’a rien de burlesque. En Afrique les masques sont sacrées et donc les sorties de masques sont considérés comme des moments de manifestations de génies. En fonctions de la situation qui prévaut et selon le genre des masques, les sorties de masques peuvent avoir différentes interprétations. Il ya des masques qui annoncent la malédiction, mais il ya en aussi qui annoncent la bénédiction et la fertilité du village. Certains masques sont interdits aux femmes et d’autres aux hommes. Ainsi, cette rigueur qu’a le théâtre traditionnel à choisir son public ajoute à son caractère sacré et très sélectif.

CONCLUSION

Cette étude nous a permis d’élucider les différents traits qui caractérisent le théâtre traditionnel africain. Elle nous a aussi permis de définir les deux grandes formes de théâtres traditionnels ; à savoir : le théâtre populaire et le théâtre sacré. Le théâtre populaire est ouvert à tous tandis que le théâtre sacré est très sélectif. Ainsi, il apparaît clairement que le théâtre africain est original car les œuvres s’inspirent directement de la vie quotidienne des africains. C’est un spectacle où rien n’est fabriqué, mais où tout est purement naturel..

Voyage et Culture Les ballets et les danses